AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ange
Prêtresse de la Lune
Prêtresse de la Lune
avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
Clan : Myrth
Emploi : L'on me dit Prétresse Lunaire. Mais qui suis-je réèllement?
Particularité : Fait partie des légendes oubliées, connait l'histoire oubliée également d'avant la Grande Tragédie.

MessageSujet: Renaissance   Sam 20 Nov - 19:13

Une pièce sombre, silencieuse. Seul un léger rayon du soleil déclinant la traverse, éclairant de sa douce lueur dorée cet endroit si triste. Au fond, tout au fond, se trouve une une jeune femme figée. Surement une ancienne statue âgée peut-être d'un millénaire. Elle semble pourtant si humaine ... mais au fond, qui sait? Le mobilier est sobre, comparé à ce que l'on pourrait penser. Étrange pour une salle d'un temple d'une déesse. Le silence semble d'or ici. Le calme semble régné en maitre dans ce vaste endroit mystérieux. Si ils savaient ... Seuls les murmures de chants d'oiseaux se fait entendre, avant de s'éteindre complètement par la venue du soir. Les prières non pas encore commencées. C'est pourtant lorsque le rayon du soleil couchant frappe la statue que l'impossible se réalise. En effet, lorsqu'il atteint le front de cet ange de pierre, une marque non distincte se met à briller de mille feux. Un croissant de lune berçant un soleil. Alors, et seulement alors, la statue frémit et ouvre les yeux. Des yeux couleurs miel mêlés de pourpre. Les yeux du Diable devenu Ange.

    Enfin... C'est enfin le jour. Après tant d'années passées à dormir je peux enfin me réveiller, moi la prêtresse de la lune endormie. Que s'est il passé après tout ce temps? La guerre continue telle de nouveau? Cela fait 50 ans ... c'est ce temps qu'il m'a fallut pour me régénérer. Régénérer ce corps détruit par le passé. Quel age cela me fait-il désormais? Ah ... au final quelle importance? Strictement aucune. Et ce peuple déchu, comment se trouve t'il? C'est désormais à moi d'en prendre la charge. Dans mon sommeil, j'ai pour souvenir qu'ils continuaient de prier, encore et encore. Ils ont toujours fois en elle, la déesse lunaire. Mais qu'en est il réellement? Plus le temps passait plus les voix devenaient inaudibles, inexistantes. Ont ils toujours foi en elle? Myria ... Que ferais-tu aujourd'hui? C'est à moi de veiller sur ton peuple n'est ce pas? Allons donc le réveiller ... la Nuit arrive. La renaissance a sonné.

    C'est d'un pas gracieux et léger que je m'en vais vers le cœur du temple, ma salle étant une annexion cachée de ce dernier. Du moins, il me semble marcher ... je suppose que ceux de l'extérieur qualifieraient ma démarche silencieuse de "danse". Comment se porte le monde aujourd'hui? A-t-il évolué? Toujours les mêmes questions sans réponses. Ainsi mes pas me conduisent au devant de cette immense statue de pierre blanche, garnie d'argent et d'or blanc, scintillant comme la Mère Lune elle-même. Aucun doute ... elle est toujours ici, veillant sur con peuple. Aujourd'hui c'est à moi de prendre la relève. C'était notre pacte n'est ce pas? Tu me donnais ce pouvoir en échange je devenais la gardienne de ton peuple, m'assurant que notre tragédie servent de leçon au hommes et qu'ils ne recommencent plus ... Du moins c'est que j'espérais il y a si longtemps... cela ne l'est a pas empêchés de recommencer n'est ce pas? Ah Myria ... Aujourd'hui me voilà agenouillée devant toi, comme il y a de cela 50 ans. Tiendras-tu ta promesse?

L'ange de lumière ne semble pas répondre. Cette beauté de pierre, figé en l'honneur de la déesse Myria ne semble qu'une simple statue vide. Mais si c'est le cas ... Pourquoi est-ce que la douce lumière argentée qui entoure cette représentation divine vint petit à petit entourer cette jeune qui se tient à ses genoux, jusqu'à l'englober entièrement?

    Un sourire tendre vint de poser ses mes lèvres pleines et rosées. Je devine ici que mes yeux sont devenus argentées, de même pour mes cheveux, bien qu'ils devaient avoir un reflet rosé. Je sens cette lumière pénétrer dans mon corps, porteur de son message... de son espoir à jamais gravé dans mon âme. Toi qui lui ressemblait tant ... que vos rêves s'accomplissent. Je me détourne enfin, après tout il faudrait peut-être que j'aille couvrir ma peau couleur de neige. Tandis que mon regard redevient de la lave en fusion sertie de caramel doré, que ma chevelure reprend cette étrange couleur rose foncé, je me dirige vers l'antichambre pour trouver, étrangement, une robe de cérémonie blanche-argentées, avec des motifs bleutés complexes. Je souris avant d'enfiler le vêtement complexe avec douceur et respect. Il semblait fait pour moi, épousant mes courbes parfaitement. Je sortis enfin de la pièce, pour diriger une dernière fois dans la grande salle ou se trouvait la statue de Myria. Je m'agenouillais donc une dernière fois, la fleur blanche qui se trouvait autrefois dans mes cheveux dans les mains, en guise d'offrande. Alors que j'allais la lui offrir, un grondement sourd se mit entendre au fin fond du temple, au niveau des portes principales. Le grondement de Fenris.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 20 Nov - 19:52

Ken était parti au temple de la lune, il y allait chaque jour non pas pour prier mais pour garder des souvenirs bon de lorsqu'il était encore avec ses parents. Il se retrouva devant le temple, ce bâtiment l'avait toujours impressionné de sa grandeur et de ces motifs gravés sur les murs. Il resta ainsi pendant 10 minutes. Il c'était finalement décidé à entrer dans le temple, jusqu'à maintenant il s'était arrêté à l'entrée du temple et n'avait osé franchir les portes de peur que ses souvenirs de la première fois où il y entra ne resurgissent. Aujourd'hui il était décidé. Il gravit les quelques marches qui se trouvait devant la porte du temple et lorsqu'il posa sa main sur la porte un frisson le parcouru, un frisson de tristesse auquel se rajoutait l'air frais de la nuit. Il poussa la grande porte dans un grondement et entra dans le temple, la lumière de la nuit entra dans le temple avec lui éclairant ainsi l'entrée et Ken resta ébahit devant ce spectacle, même dans ses souvenirs il ne se rappelait pas de ceci, cela lui semblait être un rêve, il ne pouvait qualifier ce qu'il voyait. Il fit un pas, puis un deuxième et commença à prendre un rythme de marche normal, puis soudain les souvenirs de cette nuit lui revinrent en tête et il s'arrêta. Puis recommença à avancer mais cette fois-ci ce furent les souvenirs de ses parents qui lui vinrent en tête et il avança ainsi en ne pensant qu'à ses souvenirs. Puis au bout d'un moment il se rendit compte qu'il avait pas mal avancé et qu'il était presque au cœur du temple où se réunissait ceux qui priaient. Il fit une dizaine de pas et là aperçu une personne, il semblait que c'était une femme aux cheveux d'un rose foncé car elle portait une robe blanche-argentée avec ce qui semblait être des motifs bleutés. Elle était agenouillé devant la statue de Myria, Ken pensa alors qu'elle devait priée mais il ne l'avait encore jamais vu ici. La femme ne semblait pas l'avoir remarqué il détourna donc les talons et repartit en arrière, avoir pu retourner dans le temple malgré sa hantise lui avait suffit, il n'avait plus rien à faire ici. Alors qu'il repartait il trébucha car malgré lui il était nerveux car il ne voulait pas qu'on le remarque. Il continua sans se retourner, elle avait sûrement entendu le bruit qu'il avait fait lorsqu'il s'était affaissé sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Ange
Prêtresse de la Lune
Prêtresse de la Lune
avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
Clan : Myrth
Emploi : L'on me dit Prétresse Lunaire. Mais qui suis-je réèllement?
Particularité : Fait partie des légendes oubliées, connait l'histoire oubliée également d'avant la Grande Tragédie.

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 20 Nov - 21:13

    Fenris, mon valeureux compagnon à quatre pattes et immortel lui aussi venait de gronder. Enfin feuler, selon les préférences. Ce n'était pas bon. Ce ne l'était jamais. Il était d'habitude d'une compagnie jovial et intéressante, il ne se mettait en colère que lorsqu'il sentait le danger. Et Dieu savait comme le danger pouvait, justement, être dangereux. Je fermais les yeux en un dixième de seconde et me concentrais. C'était quelque chose que j'appris à faire durant mes années d'errances. Écouter et regarder sans pour autant utiliser mes sens. Il suffisait que mon instinct de survie se déclenche... Une fois cela fait, je repérais ma "proie" et vérifiais si justement elle était un danger potentiel. Ce que je vus me surpris cependant. Un gamin. Fenris avait donc feuler pour signifier au jeune homme de me laisser tranquille ... un sourire tendre et amusée se plaça sur mes lèvres. Moi qui me croyais infaillible ... La bonne blague. C'est ainsi que je pus entendre ma voix, pour la première fois depuis 50 ans.

Fenris. Laisse le.
    Ma voix avait claquée, douce et tendre mais sans appel. Je l'entendis tourner la tête, le mouvement rotation de sa tête aurait été pourtant inaudible à bien des égards. Je souris. Je me relevais, gracieusement pour eux mais normalement pour moi, après avoir déposé mon offrande aux pieds de la déesses. Je me retournais vers les deux autres protagoniste et les fixais. Ou du moins est ce en premier lieu Fenris qui subit mon regard. Ce dernier se détourna alors du jeune homme et vint trottiner vers moi, ses yeux d'argent me questionnant silencieusement. Il se frotta à moi, passant dans mon dos dénudé, avant de se poser à mon coté gauche. Je lui caressa gentiment le poil avant de vriller mon regard de lave incandescent mêlé d'or sur le jeune homme. J'étais curieuse, c'était certain. Comment avait-il pu rentrer alors que le temple devait être fermer? C'est en me posant toutes sortes de questions que je me mis à le détailler. Il était plutôt grand et me dépassait légèrement - du moins il me sembla. Ses cheveux bruns, mi-longs, semblaient presque noir dans cette pénombre. Une aura de mystère l'entourait, autant qu'une aura de mort pouvait m'entourer moi - bien que je m'exerça à la faire disparaitre totalement. Ce qui me choqua le plus était ses vêtements. Il semblait porte un uniforme de lycéen.. Oui c'était cela. Que viendrait faire un lycéen ici? Non pas prier, il n'avait pas l'air d'être un fidèle. Pourtant une autre aura dansait autour de lui... celle du regret et de la tristesse. Oui c'était cela. Cette aura qui, à une époque lointaine, commandait mon corps ou du moins ce qu'il en restait.

Bonsoir. Veuillez pardonner mon indiscrétion mais ... que faites vous ici à une heure aussi matinale?
    Certains auraient pu s'offusquer de mon dernier terme en employer. Et pourtant cela était vrai en un sens. Premièrement je venais de me réveiller, ainsi étions nous le matin à mes yeux. Deuxièmement et bien les Myrths étaient le clan de la nuit non? Il était donc normal que le coucher du soleil soit matinal en sommes. Enfin bref. Ma voix musicale, semblable à un chant, venait de retentir une nouvelle fois, résonnant dans tout le bâtiment. J'avais pourtant parlé d'une voix douce et basse, rien n'y faisait, ce fut comme si j'avais parlé à voix haute. Maudits échos. Tandis que j'attendais patiemment la réponse, Fenris se coucha à mes pieds, ne lâchant pas du regard notre invité surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 21 Nov - 1:18

Bonsoir. Veuillez pardonner mon indiscrétion mais ... que faites vous ici à
une heure aussi matinale?


Ken se figea au son de la voix de la jeune femme, comme il le pensait elle l'avait remarqué mais ne savait pas si elle le savait ici depuis longtemps ou non. La voix de la jeune femme était douce, elle parlait d'une manière normale mais sa voix parut pour Ken comme un chant. Une fois arrêter il mit quelques secondes avant de finalement se retourner vers la jeune femme. Il s'approcha de quelques pas et put ainsi voir les traits de son visage, elle était plutôt mignonne seulement il était impossible de définir son âge, elle semblait jeune et adulte en même temps. Puis il répondit à la jeune femme :

"Excusez-moi si je vous ait dérangé, je viens toujours lorsqu'il n'y a
personne et lorsque je vous ait vu j'ai préféré partir."

Il observa la statue de la déesse par la même occasion et vit une fleur blanche au bas de la statue, il n'avait encore jamais vu cette fleur auparavant peut-être était-ce la première fois qu'elle venait dans le temple. Puis il remarqua un animal non loin de la jeune femme, il ne semblait pas l'apprécier alors Ken remit ses yeux vers la jeune femme. Mais cette foi-ci il ressentit quelque chose d'étrange, un long frisson avait parcouru son dos lorsqu'il avait reposé ses yeux sur la jeune femme. L'atmosphère semblait à Ken plus lourde, comme lorsqu'il voyait des hommes revenus vivant de la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Ange
Prêtresse de la Lune
Prêtresse de la Lune
avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
Clan : Myrth
Emploi : L'on me dit Prétresse Lunaire. Mais qui suis-je réèllement?
Particularité : Fait partie des légendes oubliées, connait l'histoire oubliée également d'avant la Grande Tragédie.

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 27 Nov - 3:31

    Je vis ce qui représentait un gamin à mes yeux - mais qui devait être tout juste un homme aux yeux des autres - se figer au son de ma voix. Il est vrai que je ne la reconnaissais pas moi même. Avait-elle toujours eu ce son si délicat, cette intonation douce et pure? Je ne savais plus. Toujours est-il que je le regardais attentivement, curieuse. Il était le premier "vrai" humain que je rencontrais depuis .. un nombre incalculable d'année. Ressemblions-nous tous à cela? Maudite mémoire... Il ne me restait que ce visage silencieux, murmurant quelques mots avant de disparaitre. Ce visage si familier et pourtant si inconnu. S'en était déroutant... Mais cela faisait parti de ce maudit pacte n'est ce pas? Pour que je puisse remplir mes fonctions il fallait que je sois autre... Je soupirais sans m'en rendre compte. Il finit enfin par me répondre, d'une voix basse, comme si il ne voulait pas m'effrayer.

"Excusez-moi si je vous ai dérangée, je viens toujours lorsqu'il n'y a personne et lorsque je vous ai vu j'ai préféré partir."
    Cette réponse, sonnant étrange pour mes oreilles, me désarçonna. Était-ce une coutume de ce nouveau monde? Si c'était le cas j'avais beaucoup de connaissances à rattraper... ce qui ne m'arrangeait pas au final. Il semblait observer la statue, ce qui me permit de réfléchir à la nouvelle situation qu'était la mienne. Lorsque je revins à moi, je vis qu'il fixait mon étrange fleur, aussi blanche que l'était mon corps. Je souris. Il savait rien de sa signification il me semblait. Ainsi, en plus d'apprendre, je devrais peut-être enseigner quelques concepts anciens à ce peuple qui devenait aujourd'hui le mien. Je le vis tourner la tête légèrement, en direction de mon "compagnon d'arme" avant de revenir sur moi. A ce moment là un long frisson me parcouru l'échine, et je vis le noir s'ouvrir devant moi. Une voix hurlait, un corps se faisait engouffrer dans ce vide immense et dépourvu de couleurs, de chaleur. C'est seulement quand je sentis les crocs de Fenris s'abattre sur mon bras, tachant de rouge ma tenue dépourvue d'impureté, que je pus reprendre le chemin de la réalité. Je sentis ses crocs se retirer aussi vite qu'ils avaient déchiré ma chair, mais malgré cela la douleur persistait. Tant mieux ... Je devrais également m'habituer à subir ça, n'est ce pas?

    Fenris poussa un léger gémissement en me regardant, inquiet. Un maigre sourire de remerciement apparut sur mes lèvres, avant de disparaitre sous les traits d'un grimace de douleur, mais légère. Je laissais mon bras sanguinolent tacher de rouge ma tenue étrange, ignorant la douleur comme je pouvais, avant de regarder le jeune homme. Il avait l'air ... tourmenté? Non. Ce n'était pas ce mot.. Effrayé? Oui... apparemment. Mais ce n'est qu'en regardant l'image de moi même que me renvoyaient ses yeux que je compris ce qui le choquait. Mes yeux ... L'un était désormais rouge sang, pourpre, tandis que l'autre était devenu argenté. Il avait "vu"... c'est images qui me revenaient, ses seules brides de me souvenirs à quoi je puisse me rapprocher. Ses corps, fantomatiques, de guerriers s'entre-tuant, se massacrant. Ses cris et le sang versé. Il l'avait ressenti dans mes yeux, dans leur couleur abominable qu'était ce rouge sanglant, ce rouge de mort. Un mince sourire de poupée cassée étirait mes lèvres à présent. Je fermais les yeux, et me retournais légèrement vers la statue, tandis que ma voix semblait l'implorer, lui demander pardon, en un chuchotis tout aussi doux mais plus douloureux que le précédent.

Pardonnez-moi... J'ai ... j'ai encore du mal ... du mal à ... à me contrôler. C'est à moi de m'excuser, pour bousculer ainsi tes vieilles habitudes... C'est juste la première fois que je reviens ici et ... je suis un peu ... déboussolée.

    Je sentis Fenris se décaler, se mouvoir en direction de l'antichambre, regardant une dernière fois vers moi ou vers cet inconnu, certainement, avant de disparaitre totalement. Je ne bougeais pas, laissant le silence froid et recueillant de ce temple parler pour moi. Ma voix retenti une énième fois, lui demandant pardon de l'avoir effrayé, pendant que mon corps se détournait de la statue pour se diriger vers l'antichambre, laissant derrière lui des touches rouges salir la belle fleur blanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 27 Nov - 16:18

Après ce long frisson il remarqua que les yeux de la jeune femme avait changés, son œil gauche était devenu rouge carmin et son œil droit argenté puis apparu quelque chose autour d'elle, quelque chose d'imperceptible jusqu'à maintenant, lorsque l'animal la mordit tout ceci disparut. Sur l'instant Ken ressentit de la peur, une peur qui resta coincé dans son ventre et dont il ne pouvait se défaire. Puis il revint sur la blessure et vit que du sang coulait le long de son bras puis tombait sur le sol. La perte de sang ne semblait pas énorme mais cela rappela ce "jour", celui où il s'était rendu ici pour la première fois. Il ne faisait plus attention à rien lorsqu'il se retrouva dans ce souvenir, puis :
Pardonnez-moi... J'ai ... j'ai encore du mal ... du mal à ... à me contrôler. C'est à moi de
m'excuser, pour bousculer ainsi tes vieilles habitudes... C'est juste la première fois
que je reviens ici et ... je suis un peu ... déboussolée.

La voix de la jeune femme parvint à ses oreilles, il ne comprit pas tout de suite le sens des mots mais sa voix fut comme une sortie à ce souvenir, une voie vers une possibilité d'avenir sans ses souvenirs qui tourmentaient Ken. Puis le sens des mots vinrent à son esprit et remarqua que l'animal avait commencé à partir, c'était retourné vers lui puis sa maîtresse et enfin partit vers une pièce, un pièce encore inconnu à Ken. Il remarqua alors que la jeune femme était légèrement retourné vers la statue, peut-être que ce qu'elle avait dit était plus destiné à la statue qu'à lui. Puis un silence ce fit dans le temple, aucun mouvement et aucune parole puis la jeune femme s'excusa de nouveau et partit vers le pièce inconnue. Ken observa la jeune femme partir, sa peur était toujours là, peur de ce qu'il avait vu, peur de ses souvenirs, et enfin peur de ... quelle était cette dernière peur qu'il ressentait, une peur qui lui était encore inconnue. Puis il remarqua que le sang qui se trouvait sur le sol coulait le long du sol vers la fleur blanche, Ken ne comprit pas tout de suite ce qui avait poussé son corps à bouger, à se diriger la fleur et à la prendre. Pendant quelques secondes il lui semblait ne plus contrôler son corps, lorsqu'il reprit ses esprits il se trouvait avec la fleur dans la main. Tout ce qu'il avait fait était observé la fleur blanche, les yeux de Ken n'avait pu la quitter tout le long de son mouvement comme hypnotiser. Puis il se tourna vers la jeune femme et se dirigea vers elle d'un pas rapide puis se posa devant elle en lui tendant la fleur et lui dit :
"Vous savez, les belles fleurs ne devraient pas changer de couleur
car c'est ce qui fait leur beauté et leurs sens aux yeux des gens."

Puis Ken afficha un léger sourire à l'attention de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Ange
Prêtresse de la Lune
Prêtresse de la Lune
avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
Clan : Myrth
Emploi : L'on me dit Prétresse Lunaire. Mais qui suis-je réèllement?
Particularité : Fait partie des légendes oubliées, connait l'histoire oubliée également d'avant la Grande Tragédie.

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 11 Déc - 23:51

    Je me retournais, fuyant ce que j'étais devenue - ce monstre au pouvoir terrifiant n'apportant que le chaos et la mort. Je pensais l'avoir assez traumatisé comme ça - surement allait il partir en courant et ne plus revenir. A la vérité il aurait mieux fallut. Mais la réalité était, évidemment, toute autre. Je n'entendais rien, étant une ombre silencieuse mes pas ne s'entendaient pas, outre que les vibrations du jeune homme. Il n'avait pas bougé. Le temps d'analyser ce fait troublant - pour moi -, il se déplaçait déjà. Mais pas vers la sortie, chose qui me troubla encore plus. Non. Il se dirigeait .. vers moi?! Que ... Pourquoi? Comment cela se faisait il? Il aurait du être terrifié, mort de peur après ce qu'il avait .. ressenti. Pourquoi venait il à ma rencontre? C'était ... impossible. Était-il fou pour tenter une chose aussi absurde? Et pourtant il avait peur. Oh ça oui, son aura en témoignait. Pour un humain ... il était courageux. C'était à reconnaitre... Fou mais courageux. Je m'arrêtais alors, curieuse. Qu'allait-il faire à présent? J'écoutais simplement, en quête de réponse. J'entendis ses vêtements se froisser, son bras fendre l'air pour prendre quelque chose. Ce parfum si particulier vint l'envelopper, avec douceur. Alors je sus. La fleur. Ma fleur. Cette matérialisation de ma promesse faite il y avait si longtemps. Cette matérialisation de ce que j'étais, ce que nous étions autrefois. De ce que nous étions avant de tomber, avant qu'elle ne se sacrifie. Avant que je ne reste, seule, cherchant un moyen de la ramener ... ou de la rejoindre. Avait-il conscience de ce qu'il tenait réellement entre ses mains? Il ne me le sembla pas. Un mince sourire, mélancolique, d'une douce tristesse, vint étirer mes lèvres rosées. C'était ce que j'étais devenue. Je pouvais sentir son regard, curieux et incompréhensif, posé sur cette fleur hypnotique et mystérieuse. Alors, enfin, il se tourna vers moi - et j'en fis de même -, me faisant face. Son aura avait changé, mais je ne sus la décrire. Je fus surprise quand il me la tendis - comme si il était guidé par la fleur elle même, comme si il savait qu'il ne fallait pas que je m'en sépare.


Vous savez, les belles fleurs ne devraient pas changer de couleur car c'est ce qui fait leur beauté et leurs sens aux yeux des gens."

    Un doux sourire. C'était ainsi qu'il me le murmura. Troubler était un mot juste à présent. Troublée et perdue. Connaissait-il la valeur et le sens véritable de ses paroles? C'était comme si il refusait ce que j'étais - à l'image de cette fleur tachée, souillée de sang. C'était comme si il me tendait la main, comme si je pouvais tout effacer et tout recommencer. Par ses mots il me proposait un espoir. Un espoir et bien plus. Une vie. Oh que j'aurais aimé accepter. Oh que j'aurais aimé revivre de nouveau, pouvoir jouir du monde qui m'entourais. Mais ce n'était plus possible. Je n'en avais plus le droit ni même la volonté. Vouée aux ténèbres, vouée au passé. Voilà ce que j'étais devenue. Voilà ce que je devais rester. Accomplir ma mission était la seule chose que j'étais en droit de faire, que je devais faire. Penser à vivre de nouveau était exclue. Pas sans elle. Je ne pouvais simplement pas. C'est ainsi que je lui répondis, de ma voix mélancolique et douce, alors que la mélodie de ma mémoire m'appelait, de sa voix unique et triste, désespérée.

Tu te trompes tu sais? ... Le fleurs ... Les fleurs sont à l'image du monde. C'est leur caractéristique éphémère qui les rendent belle. C'est leur fragilité qui leur donnent du sens. Mais lorsque l'une d'entre elles devient souillée par la faute des hommes, alors elle cesse d'être belle. Elle cesse simplement d'exister en tant que fleur, et devient comme toutes ces herbes folles que l'on veut arracher sans y parvenir. ... C'est que les hommes ont oublié. Si les fleurs cessent d'être fleurs c'est uniquement de leurs fautes. Ils ont simplement oublié de les aimer pour ce qu'elles sont et pas pour ce qu'elles paraissent être. Les hommes sont cruels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 12 Déc - 1:46

Une fois la chose dite, Ken se sentit gêné. La peur qu'il ressentait jusqu'à présent disparaissait peu à peu, certes la gêne la remplaçait mais cela fit se sentir Ken plus à l'aise malgré tout. Sans doute que ramener cette fleur à la jeune femme était sa façon de la remercier de l'avoir aidé à sortir des souvenirs douloureux qui avaient refait surface quelques minutes au par avant. Ken observait donc la jeune femme, tentant de trouver sur son visage une émotion qui ne serait pas de la tristesse car jusqu'à maintenant même si elle avait sourit, cela restait malgré tout des sourires rempli de tristesse. Seulement Ken sentait bien le regard de l'animal dans son dos mais il l'ignorait, il avait besoin de connaitre cette personne qui l'avait aidé à sortir en partie de ce cycle de tristesse dans lequel il était tombé, un début qui pourrait mené au bonheur. Mais pour le moment la seule chose que Ken pouvait savoir est qu'elle était pensive, son geste semblait l'avoir surprise et Ken attendait une réponse, une réponse qu'elle donna peu de temps après cette pensé :

Tu te trompes tu sais? ... Le fleurs ... Les fleurs sont à l'image du monde. C'est leur
caractéristique éphémère qui les rendent belle. C'est leur fragilité qui leur donnent du
sens. Mais lorsque l'une d'entre elles devient souillée par la faute des hommes, alors
elle cesse d'être belle. Elle cesse simplement d'exister en tant que fleur, et devient
comme toutes ces herbes folles que l'on veut arracher sans y parvenir. ... C'est que les
hommes ont oublié. Si les fleurs cessent d'être fleurs c'est uniquement de leurs fautes.
Ils ont simplement oublié de les aimer pour ce qu'elles sont et pas pour ce qu'elles
paraissent être. Les hommes sont cruels.

La voix de la jeune femme était sur un ton triste, Ken sentit un moment de déception puis sans vraiment réfléchir lui répondit :

Il est vrai que les hommes sont peut-être en tort, peut-être se trompent-ils sur le sens des fleurs ou ce qui fait leur beauté mais tous ne sont pas en tort, certains comprennent leur véritable signification et cela parce qu'une personne les a guidé sur un voie qui permet de voir au-delà de ce que les autres voient. Et je suis sûr que cette fleur, même si sa signification m'est inconnu, ne devrait pas avoir à être souillé car si je l'avais laissé être souillé toute les fleurs comme celle-ci auraient perdu tout sens à mes yeux et seraient devenues de banal fleurs. Et cela aurait sûrement été la même chose pour toi.
Ken avait sentit que la gêne avait disparue, à présent il était déterminer à tenter de montrer une voie plus joyeuse à la jeune femme, une voie qu'il avait connu pendant les quelques années où il avait encore une famille. Lorsqu'il observait attentivement cette jeune femme il avait l'impression d'être face à un miroir, comme elle il s'était dit que cela faisait parti de la bêtise des humains seulement la jeune femme semblait avoir vécu des choses beaucoup plus dur que de perdre sa famille et ces choses se faisaient ressentir assez facilement c'est ce qui faisait la détermination de Ken, il fallait qu'elle soit capable de faire confiance a quelqu'un sans ça elle ne pourrait pas remonter cette pente qui mène à une tristesse qui ne finira jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Ange
Prêtresse de la Lune
Prêtresse de la Lune
avatar

Féminin
Nombre de messages : 63
Age : 24
Clan : Myrth
Emploi : L'on me dit Prétresse Lunaire. Mais qui suis-je réèllement?
Particularité : Fait partie des légendes oubliées, connait l'histoire oubliée également d'avant la Grande Tragédie.

MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 30 Jan - 18:01

    L'être humain était décidément bien étrange... Ils sembla réfléchir un moment à mes paroles, pesant le pour et le contre. Je l'avais troublé, une fois de plus. Mon regard se posait sur la fleur, fleur que je caressais du regard. Lili... Que ferais-tu à ma place? Elle était tellement nous. Toi la fleur, moi le sang. C'était ainsi. Ça l'avait toujours été, n'est ce pas? Et ce le serait encore et encore. Jusqu'à ce que quelqu'un mette à fin à cette atrocité sans nom. Les guerres, la haine, les pleurs .. Combien de fois avions nous vécut ça, et combien de temps le vivrions nous encore? Mais ce n'était rien pour le moment. Oui, cela importait peu. Que faire à présent? C'était la bonne question à me poser. Rattraper le temps perdu, surement. Oui. Il le fallait. Mais il semblait que ce garçon en est décider autrement. Mais ce qui fut le plus surprenant, ce fut sa réponse. ô, ma sœur! Comme tu aurais aimé cette réponse là! C'est pour cela, que désormais mon regard sur lui devint tout autre. De la surprise, puis mêlée à de la tendresse passa dans mon regard. Ce gamin ... - pardon, cet homme - étant encore bien pur pour son âge. Cela en était touchant. Vraiment. Un sourire tordu vint s'afficher sur mes lèvres, tandis que je lui murmurais ma réponse.


Surement ... Mais si celle-ci est souillée c'est justement parce qu'elle doit l'être. C'est pour cela qu'elle est unique... Même si elle ne connaitra jamais le destin de toutes les autres.

    Je restais dans mes pensées encore un peu, avant que quelque chose ne se produise. Fenris revint soudainement, mais comme .. lumineux. Était-ce le signal? Surement. Ainsi commençais réellement ma nouvelle vie à partir de cet instant. Je regardais une nouvelle fois le jeune, lui souriant doucement, avant d'attraper la fourrure de mon compagnon et de fermer les yeux. Un frisson me secoua entièrement, je sus ce que j'avais à faire. Tout devint limpide dans mon esprit. Ainsi me perdis-je moi-même, laissant l'esprit prendre mon corps, laissant mon don fleurir. Je n'étais plus femme. Je devins énergie. Je ne fus plus terne mais je devins douce lumière. Ainsi quand j'ouvris de nouveau les yeux, ils étaient totalement argentés. Je devins prêtresse. Mon corps semblait rayonner doucement d'une lueur blanche et pure, chaleureuse et tendre. De même que mes yeux, mes cheveux également devinrent argentés. Mon regard, tout aussi lumineux que mon corps, se figea sur la statue. Mon corps se mouva de lui même, aussi gracieux et souple que si il avait été cours d'eau. Alors, sans un regard en arrière, je m'agenouillais devant l'immense statue. Mes yeux se fermèrent, mon corps s'arqua, et un long chant sorti de ma poitrine, doux et harmonieux, symphonie se répercutant dans tout le temple. Le chant des Déesses. L'ultime prière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renaissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Renaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: En Rp :: La capitale des Myrths: Cerrydwen :: Le Temple de la Lune-
Sauter vers: